Fêtes ou manques de fin d’année…?

La période de Noël appelle une atmosphère fraternelle, familiale, de partage et de chaleur humaine. Elle donne explicitement une place au coeur. Mais, si la plupart d’entre nous pouvons nous laisser imprégner et vivre cette atmosphère chaleureuse et nourrissante, qui en devient festive, pour certain, cette période ravive justement ce qui leur fait défaut: un coeur qui ne sait ou ne peut pas/plus s’exprimer. Il leur est difficile, voire impossible, de toucher en eux et de vivre cette chaleur humaine, même en présence des autres. Alors, au lieu de devenir festive, l’atmosphère des fêtes accentue, et parfois même dévoile ce manque, et en amplifie le vécu douloureux…

Il en va de même du passage vers la nouvelle année: pour la plupart, il permet de se projeter dans le futur, d’envisager ces jours à venir avec enthousiasme et de tirer un trait sur les difficultés de l’an passé. Certains y prennent même de « bonnes » résolutions qu’il sera agréable de ne pas respecter! Ce passage, pour eux, comme chaque anniversaire, est une fête qui célèbre la vie.

Mais là encore pour ceux qui sont, à ce moment là ou depuis longtemps, disons, un peu plus « fatigués » de vivre, l’atmosphère qui se veut festive avec ses préparatifs et l’énergie de ceux qui y participent, les confronte encore davantage, les met encore davantage face à ce manque, face à l’enthousiasme qui leur fait défaut. Pour eux, ce passage peut être une épreuve très douloureuse.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.